Les listes d'esclaves des recensements nominatifs du XVIIe ou des minutes notariales du XVIIIe et XIXe siècles indiquent toujours le prénom, le sexe et l'âge. Une tentative de reconstitution de la liste des esclaves libérés en 1848 a été menée par l’AMARHISFA. La révolte de 1822 au Carbet. noms bibliques ou de l’histoire ancienne : Barabas, Bazabas, Gordien, Hippocrate, Venus, Sobesky ; noms africains : Anelka, Angloma, Baguio, Zuma ; anagrammes ou des noms créés de toutes pièces, « par interversion des lettres ou de mots pris au hasard » : Decilap (placide), Neotic (citoyen), Nitellub (bulletin), Nitram (martin), Belloiseaux, Fleriag (fragile), Emal (lame), Keclard (Clarke), Naimro (romain), Seminor (rosemain), Siger (régis), Eriacl (claire), Mirsa (samir), Risal (salir), Nilor (rolin), Erepmoc (compère), Nerovique (veronique), Esor (rose); autres noms (fleurs, de plantes ou d’animaux, de métiers, d’outils, de métaux) : Acajou, Café, Ciseau, Boulanger, Lapin, Palmier, Rosier ; noms péjoratifs ou injurieux : Anretard, Coucoune, Crétinoir, Macabre, Beaunoir. Le gouverneur de la colonie, le général Rostoland abolit l’esclavage sur l’île le 23 mai 1848. It's in the heart of these homes that you will have the chance to delve into the history and traditions of Martinique. On évalue, pour la Martinique, à environ 51 000 le nombre d’inscrits, alors que les recensements dénombraient 72 859 esclaves pour 1847. Néanmoins, pour l'interface de la présente base de données, le choix s'est porté sur l'utilisation des termes d'esclavage et d'esclave, tels qu’ils étaient en usage dans les sources. Les notaires ajoutent souvent la qualification et l'ethnie, parfois l'état de santé et les caractères physiques (scarifications par exemple). Elle comporte « 213 prénoms, matricules d’esclaves et patronymes attribués aux nouveaux libres de la Guadeloupe et de la Martinique après l’abolition de 1848 »[8]. I was fortunate to visit Martinique just before Christmas and visiting La Savane des Esclaves was on my to-do list. Et une petite mise au point sur Victor Shoelcher, qui, clairement, ne fait pas partie de nos héros. Un grand plus pour la recherche généalogique avec la mise en ligne de 431 registres de la collection état civil conservée aux Archives départementales, venant s'ajouter aux 210 déjà disponibles. L’ESCLAVAGE EN MARTINIQUE. Dans la pratique, le choix du patronyme est à l'initiative de l'officier d'état civil, et des noms « saugrenus ou dégradants » sont choisis pour certains anciens esclaves[4],[6]. C'est pourquoi les registres d'esclaves, dans les collections conservées en Martinique commencent en 1832-1833 et se poursuivent, avec de fréquentes lacunes, jusqu'en 1848. Visiting La Savane des Esclaves. BNPM esclaves généalogie recherche martinique. Mais l'on voit encore à la Martinique en 1838 et en 1840 des esclaves punis de 100 coups de fouet. L’ouvrage est disponible uniquement sur Amazon à ma connaissance pour l’instant et existe en version brochée ou en version numérique. L'esclavage à la Martinique. La méthode la plus sûre, mais la plus longue, est de remonter le fil des générations, d’aujourd’hui jusqu’en 1848, date de l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises. De plus, à la différence de la Guadeloupe, le même nom de famille pouvait être attribué dans la même commune à plusieurs personnes non apparentées (de mères différentes). La chaîne et les fers suivaient le reprise d'un marron parti depuis de longues semaines, ou un vol important ou des coups et une blessure donnés à un autre esclave, parfois un avortement. Guillaume Durand, Les noms de famille de la population martiniquaise d’ascendance servile – Origine et signification des patronymes portés par les affranchis avant 1848 et par les « nouveaux libres » après 1848 en Martinique, L’Harmattan, Commission pour l'abolition de l'esclavage, Patronymes des anciens esclaves de la Guadeloupe, Nouvelle revue d'onomastique Année 2011 53 pp. De 1640 à 1848, les esclaves n’ont cessé de se révolter face aux maîtres blancs. Le Canal des Esclaves aussi appelé Canal de Beauregard est un lieu de randonnée sur les hauteurs du Carbet jusqu'au quartier Fonds-Mascret de Fonds-Saint-Denis. Environ la moitié sont parvenus jusqu'à nous. With plaques clearly written in English and French. Les noms de famille donnés aux anciens esclaves des colonies françaises ont été essentiellement choisis après la seconde abolition de l'esclavage de 1848. Le dépouillement en est également malaisé, les répertoires de minutes renvoyant aux noms des propriétaires, qui ne sont a priori pas connus du fait de la disparition des registres matricules. Une tentative de reconstitution de la liste des esclaves libérés en 1848 a été menée par l’AMARHISFA. It is one if not the best sites I’ve seen in the Caribbean depicting the history of the island and the slave trade. Dans les colonies avant 1848, seuls les libres étaient inscrits dans les registres d’état civil. Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) C’est pourquoi les termes « matronyme » et « patronyme » peuvent être utilisés ensemble pour désigner les noms de famille donnés après 1848, plutôt que le seul terme « patronyme »[1]. Le décret du 6 fructidor an II (23 août 1794) décida (article I) qu’« aucun citoyen ne pourra[it] porter de noms ni de prénoms autres que ceux exprimés dans son acte de naissance ». Recherchez alors dans les actes d’affranchissement ; - son patronyme vient d’une lignée libre de naissance (colons européens, « nègres libres » des débuts de la colonisation) ; - son patronyme vient de migrants postérieurs à l’abolition de l’esclavage (« congos », « indiens »…). Dans la nuit du 12 au 13 octobre 1822 au Carbet, à proximité de Saint-Pierre, un soulèvement d'esclaves a lieu dans les plantations de l’Habitation de Monsieur Fizel. Bienvenue à La Savane des Esclaves située dans la campagne des Trois-Ilets, quartier La Ferme en Martinique (972). Pour remonter plus haut, le généalogiste devra connecter diverses sources entre elles, du fait même que l’institution esclavagiste a nié un état civil aux esclaves. Depuis le 15 mars 1803, il était interdit de se marier avec son esclave il faut l'affranchir. Auteur: Aide à la saisie Veuillez saisir les deux premières lettres, nous vous proposerons une liste des termes indexés. L’engouement pour la généalogie aux Antilles a été rendu possible par la réaffirmation de la place de l’esclave dans les sociétés créoles. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Les appellations attribuées ne sont pas des noms de famille : elles ne se transmettent pas aux descendants[4]. La nomination des nouveaux libres débuta en septembre 1848 pour durer officiellement jusqu’au 1er janvier 1859, elle concerne plus de 67 000 Martiniquais soit environ 60% de la population de l’île. Ces registres consignaient les trois événements les plus remarquables de l’existence d’un individu : sa naissance, son mariage et sa mort. La Savane des Esclaves is a purpose built open air museum telling the history of slavery on the island of Martinique. Les esclaves n'ont pas d'état civil[3]. « des noms patronymiques connus pour appartenir à une famille existante, à moins du consentement exprès et par écrit de tous les membres de cette famille », « seront seuls reçus comme prénoms, sur les registres de l’état civil, les noms en usage dans le, « un système de noms variés à l’infini par interversion des lettres de certains mots pris au hasard », « premier site qui répertorie les patronymes attribués aux esclaves de Guadeloupe et Martinique au moment de l'abolition », « 213 prénoms, matricules d’esclaves et patronymes attribués aux nouveaux libres de la Guadeloupe et de la Martinique après l’abolition de 1848 ». C’est le 20 septembre 1792 que l’assemblée législative créa en France métropolitaine, les registres d’état civil. Ce parc de deux hectares abrite, en lisière de la… Ces noms de famille sont aujourd’hui ceux de la majorité des Guadeloupéens et des Martiniquais, descendants d’esclaves. Partir à la recherche de ses ancêtres esclaves est désormais possible grâce à la collecte des sources et à leur numérisation. De 1840 à 1846, le BOM porte les lieux de naissance et de domicile des nouveaux libres. La Savane des Esclaves is very beautiful and well-maintained place. Les Anses-d'Arlet > Collection du greffe > Population blanche et libre de couleur La collection du greffe de registres d'état civil est une source majeure d'information sur l'histoire de l'esclavage, malgré ses lacunes, dues d'une part à l'enregistrement tardif des esclaves, de l'autre, à la perte des registres des communes du Nord de la Martinique (dont Saint-Pierre), dans l'éruption de la montagne Pelée en 1902. Le 27 avril 1848 est promulgué le décret d’abolition de l’esclavage dont l’article 1er dispose que « l’esclavage sera entièrement aboli dans toutes les colonies et possessions françaises, deux mois après la promulgation du présent décret dans chacune d’elles ». Exemples de noms attribués : L’analyse plus précise de ces registres montre que certains noms de famille sont typiques de certaines communes (on ne les retrouve que là). Population blanche et libre de couleur : baptêmes, mariages, sépultures. Wooden palisades, stamped earth floors and cane leaf roofing make up Village Antan Lontan. La Savane des Esclaves is located in the seaside village of Trois-Ilets. Objectifs : Connaître sa culture et son environnement tout en s’ouvrant à l’autre. La Savane des Esclaves in Martinique is, in the simplest term, the open-air museum. La liste des Archives en ligne; ... Anchoukaj, la base de donnée des anciens esclaves de Martinique et Guadeloupe. selon les recommandations des projets correspondants. Bibliographie Corcessin Yannick, Dossa Bernard, Une lecture du registre matricule des esclaves par la tradition ancestrale africaine: Le Carbet, Le Morne Vert, Le Fonds Saint-Denis (Martinique), 2019. C’est peut être parce que : - il a été affranchi avant 1848. Ainsi, le nom de domaine « esclavagemartinique » a été retenu ; pourtant, la ba… Esclaves uniquement: Avec document(s) numérisé(s) Trouver: Recherche dans les documents iconographiques. ... le fonds de l’association diocésaine de la Martinique (26J) déposé aux Archives départementales en 1999 par Mgr Maurice... 0. From Martinique’s capital city, it’s just a quick ferry ride across the Bay of Fort-de-France. In this 2-hectare park, at the edge of the forest, you can discover the old-time village with its huts and traditional plantations dating from the 1800s. Pour en savoir plus sur la méthode générale : Aujourd’hui, grâce à l’indexation des noms de famille des nouveaux-libres, et grâce à la généalogie collaborative en ligne, on peut aussi en quelques clics, retrouver la trace d’individus par leur patronyme et accélérer la reconstitution d’un arbre généalogique: Le nom de votre ancêtre présumé esclave n’apparaît pas ? Le plus souvent, la première trace qu’on retrouvera d’un ancêtre esclave est celle de son passage de la servitude à la liberté, soit par affranchissement avant 1848, soit par l’abolition de 1848. Toutefois, leur exploitation est limitée par leurs lacunes (les premières minutes conservées en Martinique remontent à 1789). Conformément aux instructions de la Commission pour l'abolition de l'esclavage, présidée par Victor Schœlcher, sont établis des « registres des nouveaux libres », pour recenser les noms de famille attribués aux nouveaux affranchis, selon « un système de noms variés à l’infini par interversion des lettres de certains mots pris au hasard », mais surtout pas à partir de noms de familles existant dans la colonie (sous-entendu des familles béké)[5]. Le registre des noms donnés aux anciens esclaves affranchis démarre en 1832 et témoigne de l’imagination des officiers de l’état civil : Les affranchis apparaissent sur le Bulletin Officiel de la Martinique (BOM) en 1833-1848. 60% des noms africains ont été attribués à des personnes nées en Afrique et 40% à des personnes nées en Martinique. Une étude publiée en 2011[9],[10]recense environ 20 000 noms de famille attribués et propose une classification en treize catégories : noms français (environ 30%), surnoms (groupe nominal ou adjectival, nom inventé, nom injurieux : environ 27%), anagramme du nom du maître, anagramme ou modification du prénom (environ 12%), patronyme-prénom, nom tiré de l’histoire ancienne, nom historique, littéraire ou artistique, nom tiré de l’environnement naturel, nom tiré de l’environnement humain, nom africain (environ 13%), nom britannique, nom espagnol ou portugais, nom d’une autre origine (caraïbe, flamand, néerlandais, allemand, italien, polonais). LE LOGEMENT DES ESCLAVES DES PLANTATIONS A LA MARTINIQUE AU XVIIIe SIECLE Tony VOLPE (CNRS) volpe@mmsh.univ-aix.fr Article publié dans Jean-Marc Moriceau et Philippe Madeline (éd. Le 26 mai 2012, à la veille de la commémoration de la fin de l'esclavage, le conseil régional de la Guadeloupe et le Comité marche du 23 mai 1998 publient un site web, anchoukaj.org, « premier site qui répertorie les patronymes attribués aux esclaves de Guadeloupe et Martinique au moment de l'abolition »[7]. Martinique. Ce processus de nomination, réalisé dans chaque commune, a été consigné dans des registres, appelés en Guadeloupe « registres des nouveaux libres » et en Martinique «registres des actes d’individualité». 15 cases traditionnelles, 18 panneaux bilingues, un jardin créole et un jardin médicinal sont à découvrir avec votre guide et en autonomie. Partir à la recherche de ses ancêtres esclaves est désormais possible grâce à la collecte des sources et à leur numérisation. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cette ordonnance précise également que les affranchis devront se voir attribuer un nom de famille et un prénom, excluant « des noms patronymiques connus pour appartenir à une famille existante, à moins du consentement exprès et par écrit de tous les membres de cette famille », et disposant que « seront seuls reçus comme prénoms, sur les registres de l’état civil, les noms en usage dans le calendrier grégorien et ceux des personnages connus dans l'histoire ancienne »[3].